La perception de l'agent immobilier : un paradoxe français...

La perception de l'agent immobilier : un paradoxe français...

paradoxe

Conseils

Le 29/11/2018

Souvent critiqués par les français, les professionnels de l’Immobilier sont néanmoins de plus en plus impliqués dans les transactions.

Les statistiques du ministère de la cohésion des territoires, confirmées par une récente étude de l’IFOP, le montrent les français semblent de plus en plus faire appel aux professionnels puisque 70 % d’entre eux déclarent avoir eu recours à un professionnel de l’Immobilier pour l’achat d’un bien au cours des trois dernières années, contre 58% en 2015. Et parmi ceux qui ont été accompagnés par un agent immobilier, plus de 85% se déclarent satisfaits des prestations fournies.

Autre témoignage de « confiance », le nombre de mandats confiés en exclusivité s’accroît de manière régulière. Cette tendance est aussi le témoignage que les vendeurs et acquéreurs sont conscients du développement inéluctable de la pré recherche sur internet et sur les réseaux sociaux. Or, le mandat exclusif apporte une transparence beaucoup plus grande quant aux caractéristiques du bien immobilier et son environnement ne serait-ce que, par la possibilité de le géolocaliser précisément.

Et pourtant, il reste qu’une large moitié des français se déclarent « réservés » envers les professionnels comme si persistait une sorte de réticence de nature structurelle.

Nous le savons, l’immobilier est un sujet sensible qui touche à l’affectif de chaque ménage qui, à l’occasion d’une acquisition ou d’une vente, réalise un acte lourd de conséquences financières.

Au même titre que les métiers de la banque ou les activités politiques, les français sont méfiants à l’égard des métiers de l’immobilier.

L’agressivité commerciale inopportune de certains professionnels irrite, à juste titre, les ménages dans une relation qui s’inscrit dans un cadre d’importance majeure pour le ménage vendeur ou acquéreur. On reproche parfois à l’agent immobilier d’être avare de conseils pertinents, de ne conseiller les gens qu’en privilégiant son propre intérêt, de fournir un travail décevant par rapport à sa rémunération, ou pire, d’être incompétent.

Et pourtant, les organisations professionnelles ( FNAIM, UNIS, SNPI) se sont depuis longtemps dotées d’outils tels que les codes d’éthique et de déontologie… Puis a été initié en 2013 sous la pression de ces mêmes syndicats le Conseil Nationale de la Transaction et de la Gestion Immobilière avec entre autres missions celle de contraindre à une obligation de formation continue mais également, d’assurer une discipline professionnelle assortie d’une palette de sanctions. Malheureusement le pouvoir politique n’a pas déployé la volonté nécessaire pour l’application de ces mesures. Il est grand temps d’y revenir !!

Il nous faut former, former, et inlassablement former les intervenants du secteur de l’immobilier dans des métiers qui séduisent de plus en plus et dans lesquels on compte chaque année des milliers de nouveaux entrants.

La réhabilitation totale de l’image des métiers de la transaction immobilière et celle des professionnels qui exercent ces métiers exige que soit affirmées la compétence et le comportement éthique des acteurs.

Que les clients des agences immobilières n’hésitent pas à vérifier ces exigences en vérifiant par exemple la e.réputation des acteurs avec notamment les avis clients.


Investissez dans l'immobilier à Châteauroux, découvrez nos annonces de maisons et appartements à vendre !


    Découvrez les autres actualités

  • Meilleurs vœux !

    01 janv. 2018

    Meilleurs vœux de santé et de bonheur pour 2018.

  • NR 36 du 13/03/2017

    15 mars 2017

    Jacky CHAPELOT, une passion pour l'immobilier
    Parution du 13/03/2017 dans la Nouvelle République 36, JC IMMOBILIER CONSULTANTS, la nouvelle agence sur Châteauroux...